webleads-tracker

Skip to content
Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap

BPI France – Développement Durable & RSE : Isahit, la plateforme digitale socialement responsable

Lauréate des Deauville Green Awards pour le Prix Spécial Bpifrance, isahit est une plateforme qui permet aux entreprises d’externaliser des tâches digitales qui ne peuvent pas être effectuées par l’intelligence artificielle. La communauté des HITers est composée de femmes africaines souhaitant ajouter un complément à leur revenu pour financer un projet personnel.

Isabelle Mashola, co-fondatrice, parle d’isahit. Découvrez son interview !

Comment la plateforme isahit fonctionne-t-elle ?
Le client nous soumet un projet digital complexe que notre moteur décompose en micro-tâches. Nous faisons ensuite ce que nous appelons du crowdsourcing : nous faisons appel à des femmes appartenant à la communauté des HITers pour effectuer l’ensemble des tâches. Chaque femme choisit ensuite la micro-tâche sur laquelle elle souhaite travailler. Il peut s’agir par exemple de vérifier des liens Linkedin, ou encore de reconnaître des plateaux repas sur des images dans un but d’exercer un robot grâce au machine learning.

Comment l’entreprise isahit est-elle née ?
Tout a commencé par un voyage au Cameroun avec des amis. Nous nous sommes engagés dans le projet d’aider les femmes entrepreneures à développer leur business. Par exemple certaines étaient des transformatrices de céréale et nous leur avons acheté des séchoirs, d’autres travaillaient dans la couture et l’association leur a donné des machines à coudre.

Nous nous sommes rendu compte que ce qui donnait vraiment du sens à la vie de ces femmes, c’était le développement de leur projet personnel. Je me suis alors associée à Philippe Coup-Jambet, avec qui nous avons imaginé une solution digitale qui permettrait de créer pour les femmes, à distance, un véritable levier d’indépendance pour lancer leur business.

Isahit a été pensée en juin 2016, et notre premier client est arrivé en janvier 2017.

Qu’est-ce qui convainc vos clients de faire appel à vous ?
Nous proposons une solution pratique, agile et compétitive ; ce sont ces aspects-là qui attirent le plus les entreprises. L’aspect social ajoute beaucoup de valeur mais n’est pas la raison première qui les poussent à nous rencontrer.

Nous positionnons notre service aujourd’hui comme une tech for good, c’est-à-dire une technologie sert la société en même temps qu’elle croît. Aujourd’hui nos clients sont en Afrique, au Canada, en France, en Suisse et en Belgique.

Qui sont les femmes qui travaillent pour isahit ?
Ce sont des femmes niveau Bac +2 qui souhaitent obtenir un complément de revenu pour financer un projet de vie, comme par exemple agrandir leur champ, créer leur entreprise ou encore continuer leurs études. Ces femmes ne peuvent pas travailler plus de cent heures par mois.

Nous avons par exemple récemment travaillé avec Stéphanie, en études en première année de master à Dakar, et qui fait quatre heures de trajet chaque jour pour s’y rendre. Stéphanie a trois projets : d’abord acheter un PC, ensuite acheter des lunettes de vue, et enfin quitter sa colocation pour en prendre une nouvelles plus proche de son université. Isahit lui permet alors de financer ces projets pour mieux étudier.

Pourquoi les femmes ne peuvent-elles travailler que 100 heures par mois ?
Il serait tentant pour elles de faire d’isahit leur source de revenu principale en travaillant plus de cent heures par jour, or le but d’isahit est bien de rester un tremplin pour leur projet de vie.

Lire la suite de l’interview sur BPI FRANCE