Découvrez l’interview d’Isabelle Mashola, réalisée par Sowefund.

BONJOUR ISABELLE, TOUT D’ABORD PEUX-TU TE PRÉSENTER À CEUX QUI NE TE CONNAISSENT PAS ? D’OÙ VIENS-TU ? QUEL EST TON PARCOURS ? ET NOUS DIRE QUI SE CACHE DERRIÈRE ISAHIT ?

Je suis de formation ingénieure et j’ai fait toute ma carrière dans des grands groupes internationaux comme EDS, Cisco, Dell et Publicis. J’ai occupé différentes fonctions dans des départements informatiques, la dernière étant DSI EMEA chez Publicis.


J’ai toujours été féministe et la cause des femmes au sens large m’a toujours intéressée : partager, se soutenir et aider ont été mes objectifs. Je crois beaucoup au collaboratif et à l’intelligence collective. C’est avec ces valeurs, entre autres, que j’ai co-créé isahit. J’aime apprendre, me remettre en question, progresser et devenir entrepreneur a été pour moi une continuité dans ma carrière et son évolution.

Je suis sortie de ma zone de confort mais c’est cela aussi qui me motive !


NAPOLEON HILL DISAIT « TOUTES LES RÉALISATIONS, TOUTES LES RICHESSES ACQUISES ONT DÉBUTÉ AVEC UNE IDÉE » ET POUR ISAHIT ?

Une de mes amies a créé un Fonds de Dotation pour soutenir l’entrepreneuriat féminin en Afrique. L’idée était de collecter de l’argent entre copains et de sélectionner des projets qui nous paraissaient intéressants. Nous avons aidé des Transformatrices de céréales au Burkina Faso en leur achetant des séchoirs pour qu’elles puissent continuer à travailler pendant la saison des pluies et nous avons aussi soutenu des jeunes femmes au Cameroun en leur achetant des machines à coudre pour qu’elles puissent mieux développer leur entreprise de Prêt à Porter. Nous avons eu des belles histoires, c’était passionnant. Philippe, le co-fondateur d’isahit, nous a rejoint ensuite.


C’est lors d’un voyage au Cameroun que je me suis aperçue que donner c’est bien mais ce qui donne du sens à la vie c’est le travail. Le monde se transforme, on passe d’organisations verticales à horizontales et de savoir travailler ensemble devient une compétence essentielle. En même temps, le monde devient plus digital et sans l’éducation c’est la fracture numérique.

Donc on a créé isahit pour soutenir les projets de jeunes femmes (continuer ou reprendre ses études, devenir entrepreneur, …) à travers une expérience professionnelle mais aussi à travers l’éducation digitale. Mais isahit n’est pas une association c’est une TechForGood qui a des clients (plus de 145) et une grande communauté (plus de 1.000 jeunes femmes aujourd’hui sur 23 pays et 3 continents). Isahit est une plateforme qui donne du travail sous forme de complément de revenu (elles ne peuvent pas travailler plus de 100 heures par mois). On a un business model positif et 5% de nos revenus sont redistribués à un programme Isahit Help qui permet de tendre la main aux plus défavorisées en les soutenant localement ou en les aidant à se connecter à internet, condition essentielle si on souhaite travailler pour isahit.

On a souhaité montrer que la technologie peut être un levier d’innovation sociale en donnant du travail à des personnes éloignées mais aussi permettre à des jeunes femmes de mieux s’organiser dans leur journée entre leurs activités personnelles et professionnelles.

QUELLES VALEURS SOUHAITAIS-TU VÉHICULER LORSQUE TU AS CRÉÉ ISAHIT ?

Isahit a été créée sur un socle de valeurs très fortes comme : collaboration / transparence / équité / intégrité / engagement / communication / bienveillance. Je suis convaincue par un autre mode de fonctionnement dans l’entreprise où on peut avoir des objectifs très ambitieux mais respecter les enjeux sociaux, être plus équitable et juste et surtout distiller de la confiance au sein des équipes, élément très important qui va permettre un fort engagement. Car la valeur la plus importante de l’entreprise ce sont ses employés, sa communauté et tout cela doit travailler en harmonie et où chacun va se retrouver et trouver sa juste place.


UNE JOURNÉE DANS LA PEAU D’ISABELLE, CELA DONNE QUOI ?

Chaque jour est différent. Mais je me lève à 7h sauf si j’ai un rendez-vous de bonne heure, je prends un petit café à la maison avant de partir au bureau. J’ai la chance de travailler près de chez moi donc quand il fait beau, j’y vais en vélo !

Au sein d’isahit, je suis en charge de la communication, donc j’essaye de rester informée de ce qui se passe sur les sujets qui nous concernent mais aussi je relais les différents messages sur les réseaux sociaux.

Je passe du temps avec la communauté des jeunes femmes en répondant à leurs messages, en les encourageant ou tout simplement en les aidant à faire de leur mieux. Cette partie-là de mon job est la plus intense.. car je vois concrètement l’impact d’isahit sur elles.

Je déjeune souvent très rapide devant l’ordinateur, pas très bien, je le reconnais mais je lis en même temps les nouvelles. Et puis il y a parfois des rendez-vous clients ou prospects auxquels je participe. C’est toujours intéressant de mieux appréhender les besoins pour mieux développer notre offre.

J’ai depuis un an un petit chien, Diva. Elle vient parfois au bureau, cela met de l’ambiance. Et donc si Diva est avec nous, l’heure du départ vers la maison peut être tardive. Je n’ai jamais compté mes heures. J’ai du mal à stopper le soir… car il y a toujours des emails à répondre et j’ai tellement de choses à faire mais avant de me coucher j’aime bien regarder une série sur ma tablette ou lire ! Enfin je prends soin de moi et je vais au yoga une fois par semaine.


QU’EST CE QUI T’AS POUSSÉ À CHOISIR LA VOIE DE L’ENTREPRENEURIAT ?

L’entrepreneuriat est une autre façon de travailler avec ses avantages et ses inconvénients. Dans mon cas, la motivation de changer a été liée à un besoin de liberté, de plus d’autonomie (même si j’en avais avant), d’être mon propre chef (même si la encore on a quand même un écosystème qui nous oriente un peu comme les actionnaires et/ou investisseurs) mais surtout de créer une entreprise sur des valeurs fortes et un écosystème bienveillant mais ambitieux.


QUEL(S) CONSEIL(S) DONNERAIS-TU À UN FUTUR ENTREPRENEUR ?

Le conseil que je peux donner même si je suis une ‘jeune’ entrepreneure est de bien s’entourer et donc de bien se connaitre – ses qualités et compétences et d’aller chercher ce qui nous manque. Avoir une idée est très important mais ce qui va faire la différence c’est l’exécution de cette idée et donc l’équipe va être critique. Enfin, je lui dirai que la vie de tous les jours est parfois compliquée, stressante (levée de fonds, signature d’un grand client, etc…) et donc il faut savoir rester positif, engagé, ne pas se décourager et chercher des solutions à tout problème. Ce n’est pas toujours facile. Et enfin, je conseillerai de prendre du temps pour soi-même, de protéger son corps (faire du sport, des ballades, se changer les idées). C’est très important pour conserver sa créativité.


POURQUOI AVOIR CHOISI L’INVESTISSEMENT PARTICIPATIF POUR DÉVELOPPER ISAHIT ?

C’est notre deuxième campagne de crowdfunding. La première avait été faite avec Afrikwity avec la dispora Africaine. Chez isahit, nous aimons les communautés (plus de 1.000 jeunes femmes aujourd’hui, 10.000 dans 4 ans) et cette campagne avec Sowefund nous permet de partager notre ambition et objectifs.


QUELS SONT TES PROCHAINS DÉFIS/VOEUX POUR CES PROCHAINES ANNÉES ?

2019 sera l’année de la clôture de notre deuxième levée de fonds. 2020 va être l’année ou nous allons accélérer le développement commercial à l’international et rendre notre plateforme complètement self-service.
Ce sera aussi l’augmentation du nombre de jeunes femmes avec l’ouverture de plus de pays en Amérique Latine et aussi en Asie. Mon vœu le plus cher est de continuer à contribuer à réduire la pauvreté par le travail (nous sommes alignés sur 2 ODD 1 et 8).


POUR FINIR, SI TU DEVAIS DÉFINIR TA PHILOSOPHIE DE VIE EN 3 MOTS ?

Passion, Apprendre et Découvrir (le monde) !

Source : Sowefund