webleads-tracker

Skip to content
Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap

NEWSLETTER Isahit – Novembre 2019 : Digital Labour, un nouveau modèle, qui mise sur la puissance de la communauté !

Le digital labour a récemment été mis sous les feux des projecteurs, à l’image du Cash Investigation sur le sujet, diffusé fin septembre. En effet, derrière les plateformes de services, les algorithmes ou le développement de l’intelligence artificielle, se cache une armée de petites mains invisibles qui les font fonctionner. Si cette nouvelle forme de travail pose de vrais enjeux économiques et sociaux, un modèle vertueux et respectueux de chacun n’en demeure pas moins possible. 

Dans un monde de plus en plus dématérialisé, on a trop souvent tendance à oublier les hommes et les femmes qui se cachent derrière la technologie. Or, la performance de tous les algorithmes que nous sollicitons chaque jour sans même y réfléchir est garantie par les micro-tâches des travailleurs du numérique. Une main d’œuvre ignorée, le plus souvent rémunérée quelques centimes d’euros par clic, qui ne cesse d’augmenter : elle devrait représenter 213 millions de travailleurs d’ici la fin de l’année selon l’Organisation internationale du Travail. Un enjeu de taille donc, pour ces travailleurs qui subissent de plein fouet les effets du capitalisme numérique débridé : « jetables, sous-payés, sans contrat de travail, et sans protection sociale », résume froidement Cash Investigation. Il est temps d’inventer un autre modèle, car ces derniers n’en demeurent pas moins essentiels pour le développement de nouvelles technologies ou des services innovants de demain.

Contrepied : isahit, un modèle responsable mettant l’humain en avant

La quasi majorité des plateformes qui emploient ces travailleurs de l’ombre le font sans distinction, sans sélection et sans visée. Bref, ces petites mains invisibles doivent le rester également à leurs yeux. Isahit prend le contrepied de cette approche pour construire un modèle vertueux, où chacun peut y trouver son compte. Comment ?

  • En ciblant précisément quels travailleurs mobiliser : les jeunes femmes, issues de pays en développement pour que les revenus qu’elles en tirent puissent concrètement les aider à s’émanciper et rester relativement importants au regard du salaire moyen de leur pays (300€ pour une centaine d’heures quand le salaire moyen est de 40€ par mois à Madagascar, par exemple)
  • En exigeant d’elles la définition d’un projet professionnel (reprise d’études, création d’entreprise…), afin qu’isahit ne soit pas une fin, mais un moyen pour accomplir leurs rêves et leur quête d’indépendance et d’autonomie
  • En évaluant constamment notre impact concret sur ces communautés : chaque année, nous effectuons, avec le cabinet d’études et de conseil spécialisé en impact social Kimso, un audit de notre action dans une démarche d’amélioration continue

Une démarche gagnant-gagnant pour nos hiteuses, qui peuvent prendre en main leur avenir et pour nos entreprises partenaires, qui trouvent en elles un moyen éthique et conforme à leurs stratégies RSE, pour développer leurs services innovants. Un ScoreCard leur est délivré à l’issue de chaque projet afin de leur donner une vision globale de leur impact.
 
 
Voir les hiteuses se former et s’améliorer quotidiennement au contact de notre projet commun, est également une source de satisfaction allant bien au-delà de simples besoins business.
Coin Afrique
 
Un engagement par la preuve

Chaque année nous produisons un rapport de mesure d’impact avec Kimso. Voici notre dernier reporting d’impact social et ses principaux enseignements.

Profil type d’une hiteuse

  • 26 ans en moyenne
  • Diplômée du supérieur (90% avec un niveau BAC et +)
  • Inactive, faute de trouver un emploi ou de pouvoir poursuivre ses études (76%)
  • Motivations : création d’entreprise ou développement d’une activité entrepreneuriale, reprendre ou continuer ses études, soutenir financièrement sa famille

L’impact d’isahit sur les hiteuses

  • Une meilleure stabilité financière dès le premier paiement
  • Acquisition de soft skills (travail en équipe, rigueur, organisation…) et de nouvelles compétences digitales valorisables dans leurs recherches d’emploi
  • Sentiment d’autonomie et d’épanouissement / d’empowerment
  • Création d’une communauté active de partage et d’entraide entre les hiteuses, en complément de l’accompagnement direct d’isahit

Témoignages de hiteuses

 « Isahit me permet tous les jours d’apprendre à me servir de l’ordinateur dans un but professionnel. Je souhaite ouvrir, grâce à l’argent gagné sur la plateforme, un restaurant à Abidjan. »

Amandine A. – Abidjan, Côte d’Ivoire – Projet Docapost

 « Depuis que je travaille avec isahit, je me sens membre d’un groupe et aussi que je suis utile pour quelque chose de bien. Le projet principal que je souhaite financer grâce à isahit, est mon Master 2 en Gestion des Ressources Humaines. » 

Marianne Aurore C. – Abomey Calavi, Bénin – Projet Sodexo

« Isahit m’apporte une raison de me surpasser et de faire de chaque tâche un challenge. Ce projet, m’a appris à être plus réactive et à avoir l’oeil pour les détails. Grâce à isahit, je finance mon projet qui est de bâtir une entreprise en immobilier locatif. »  Harilala A. – Antananarivo, Madagascar – Projet Adecco

« A chaque projet, je suis de plus en plus à l’aise avec mon ordinateur et grâce au travail que je réalise je pourrai bientôt financer mon projet personnel. Je souhaite dans un premier temps faire une formation dans une école hôtelière afin d’avoir les connaissances nécessaires pour ensuite ouvrir mon propre restaurant. »

Marina B. – Bafoussam, Cameroun – Projet Tourism Academy

« Isahit, ce n’est pas une armée de petites mains invisibles mais au contraire une communauté active, enrichissante, multi-culturelle, apprenante, centrée sur l’accomplissement des projets professionnels de nos hiteuses. Ou comment transformer les dérives sociales du digital labour en une équation positive pour tous et toutes. Les témoignages de vie qui nous remontent de nos hiteuses, nous poussent chaque jour à aller plus loin. »
Isabelle Mashola, CEO et co-fondatrice d’isahit

Voir la newsletter dans votre navigateur internet