webleads-tracker

Skip to content
Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap

L’ADN – La transition énergétique se fera avec les femmes ou ne se fera pas

Premières victimes du réchauffement climatique, les femmes sont à l’origine de nombreuses solutions innovantes qui pourraient profiter à tous… à condition de leur laisser l’espace pour les développer ! Pour sauver le monde, sauvons les femmes ?

Dans un monde qui se transforme, où sont les femmes ? Face aux enjeux globaux du réchauffement climatique et de la transition énergétique, on ne peut pas imaginer que les femmes, qui représentent la moitié de la planète, ne soient pas là !

Les femmes en première ligne

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : les femmes représentaient deux tiers des victimes du tsunami de 2004 et 90% des victimes du cyclone qui a touché le Bangladesh en 1991. Et selon un rapport de l’ONU, celles-ci auraient 14 fois moins de chances que les hommes de s’en sortir en cas de catastrophe naturelle.

Dans les pays émergents, le rôle des femmes est crucial dans la transition écologique. À tel point que le Giec, qui s’est réuni cet été à Genève, préconise de donner plus de pouvoir aux femmes dans l’agriculture. Selon les Nations Unies, lorsqu’elles bénéficient du même accès aux ressources que les hommes, les femmes peuvent augmenter leurs rendements agricoles de 20 à 30 %, ce qui non seulement augmente la production agricole totale de ces pays de 2,5 à 4 %, mais contribue également à réduire la faim dans le monde de 12 ou 17 % ! Vous voulez des actions à impact ? Vous êtes servis !

Les femmes à l’origine de solutions innovantes

Surtout, les femmes aussi innovent ! Comme le prouvent Isabelle Mashola, qui a créé la plateforme responsable Isahit pour apprendre de nouvelles compétences numériques aux femmes en Afrique, ou les fondatrices du Barefoot College, qui enseignent aux femmes indiennes à assembler et réparer des solutions solaires et font partie de « The Good Galaxy », les acteurs du changement réunis par Engie, en juin dernier. À condition de briser le plafond de verre de la tech, qui maintient les femmes à un rôle de second plan dès qu’il s’agit de numérique et de nouveaux business. « Il faut leur montrer que c’est possible et, plus que possible, nécessaire, insiste Isabelle Kocher, CEO d’Engie souvent citée en role model pour son engagement envers les femmes et son parcours professionnel. J’essaie de le faire et je ne suis pas la seule. Je vois beaucoup de jeunes femmes réussir très bien dans le secteur de la technologie. Il faut que l’œil s’habitue, là aussi ! »

Parce que le rôle des femmes est crucial pour accélérer la transition énergétique, la place qu’elles ont dans la société est l’affaire de tous. 

Lire l’article en entier

Source photo : © kali9 via Getty images