webleads-tracker

Skip to content
Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap

Décisions durables n°40 – Les Elles de l’innovation avec Isabelle Mashola

Découvrez l’interview d’Isabelle Mashola, CEO et co-fondatrice d’isahit pour le magazine Décisions durables n°40 dans la rubrique Les elles de l’innovation.

«  Grâce à Isahit, les femmes des pays défavorisés gagnent en confiance et se professionnalisent »

Après une carrière de Directrice informatique, Isabelle Mashola a pris le virage du « Tech for Good » en lançant isahit. La plateforme permet à des jeunes femmes de pays d’Afrique et d’Asie de travailler à temps partiel sur des micro-tâches digitales pour financer leur projet de vie. 1200 « hiteuses » sont aujourd’hui membres, avec un objectif de 10000 d’ici trois ans.

Quel a été votre parcours professionnel et comment est né isahit? De formation ingénieur, j’ai fait toute ma carrière dans de grands groupes, souvent dans des départements informatiques. En parallèle, j’ai toujours soutenu la cause féminine. Il y a dix ans, une amie a créé une association qui aide de jeunes entrepreneuses africaines en leur achetant du matériel pour travailler, comme des machines à coudre. C’est lors d’un voyage au Cameroun que j’ai réalisé qu’au-delà du don, ce qui donne du sens à la vie, c’est le travail. J’aimais mon métier, mais j’avais besoin de changer. Je me suis alors associée à Philippe Coup-Jambet pour créer la plateforme isahit en 2016. Avec une conviction: le digital est un véritable levier d’indépendance et d’autonomie financière pour les femmes.

Comment fonctionne isahit? Isahit est une plateforme de crowdsourcing qui prend des projets digitaux et les découpe en micro-tâches, confiées aux «hiteuses». Nous avons trois grandes familles de projets: l’enrichissement de bases de données; l’Intelligence Artificielle et le Machine Learning; la gestion de contenus et la transcription. Pour entrer chez isahit, il faut être une femme, gagner moins de 2 euros par jour (le seuil de pauvreté) de façon formelle, passer un test sur la plateforme pour valider un certain niveau (Bac – Bac +2) et avoir un projet de vie: reprendre ou continuer ses études, lancer ou développer son activité…

Pourriez-vous nous parler d’une jeune femme qui travaille pour isahit? Stéphanie, Sénégalaise, est étudiante en Master 1. Son projet est d’acheter un PC, ainsi que des lunettes, et de trouver un logement plus décent. Grâce à son complément de revenus chez isahit, elle va pouvoir étudier dans de bonnes conditions. Le salaire perçu pour une centaine d’heures par mois est de 300 euros, alors que le revenu mensuel moyen est de 40 euros à Madagascar, par exemple. Isahit permet aux femmes de gagner en confiance. C’est la base pour avancer. Ensuite, nous les aidons sur le plan de l’éducation et de la professionnalisation. L’expérience acquise chez isahit permet à certaines d’accéder à un poste en entreprise. Isahit offre un coup de pouce au moment où ces femmes en ont le plus besoin.

En quoi consiste votre programme isahit Help? Nous avons adopté un business model dans lequel 5% des revenus sont réinjectés dans ce programme qui comprend trois axes : des partenariats avec des entités locales qui aident les personnes les plus défavorisées ; l’éducation, indispensable pour éviter la fracture numérique; une subvention pour fournir un accès à Internet.

Quels sont les prochains objectifs d’isahit? Nous sommes en train d’ouvrir à Manille aux Philippines, et bientôt en Amérique latine. Nous allons ensuite rendre la plateforme complètement « self-service» pour les petits projets, afin de gagner en agilité. Enfin nous travaillons à assigner les tâches de façon plus « intelligente», avec bienveillance: même si une jeune femme n’a jamais travaillé sur un type de projet, elle aura toutes les chances de recevoir cette tâche.

Lire l’interview en PDF