Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap

LE FIGARO – Le palmarès 2018 des entreprises qui recrutent : isahit à la 385ème place !

409 grands groupes, entreprises familiales, PME et start-up ont répondu à l’enquête du Figaro Économie en partenariat avec Cadremploi et dévoilent leurs prévisions d’embauche pour 2018. McDonald’s, le groupe SNCF, LVMH et le Crédit Agricole sont les premiers recruteurs français.

L’économie va mieux affirment les Français au fil des sondages. Les dirigeants ont redécouvert l’optimisme. Les signaux positifs se multiplient. Les perspectives d’embauche sont meilleures comme le montre l’enquête réalisée par Le FigaroÉconomie en partenariat avec Cadremploi sur les prévisions de recrutement en 2018.

Les 409 grands groupes, entreprises familiales, PME et start-up qui ont accepté de dévoiler leurs chiffres, prévoient de recruter 413.382 personnes en équivalent temps plein et 109.936 cadres. Ces employeurs ont embauché 387.400 employés en équivalent temps plein tous contrats confondus en 2017 et 98.381 cadres.

» LIRE AUSSI – Les entreprises qui recrutent le plus de jeunes diplômés en 2018

Le géant de la restauration rapide McDonald’s Frances’impose à la première place avec 32.015 personnes. Le groupe SNCF arrive deuxième avec 29.900 prévisions d’embauche. Le numéro un mondial du luxe LVMH et le groupe Crédit Agricole sont ex-aequo en troisième position avec 13.500 recrutements. Le groupe Armonia spécialisé dans les services aux entreprises à qui il propose aussi bien des hôtesses d’accueil que des agents de sécurité, est à la cinquième place avec 11.370 postes.

celebrex for sale, Zoloft withoutprescription. D’autres noms connus appartiennent au top 21 des recruteurs qui proposent plus de 5000 emplois. Il s’agit de Burger King & Quick, Bouygues, Engie, Keolis, Elior Group, Korian, Vinci, BNP Paribas, Eiffage, Société Générale, Saint Gobain, le groupe La Poste, Axa France, Orange, le groupe Air France et Veolia. 71 sociétés ont l’ambition d’embaucher entre 1000 et 5000 salariés. 75 entre 250 et 1000. 60 entre 100 et 250. 182 groupes, PME, petites entreprises et start-up veulent recruter moins de 100 collaborateurs.

» LIRE AUSSI – Recrutement: «Le profil du parfait élève a du souci à se faire!»

Diversité des secteurs

Le palmarès des entreprises qui recrutent publié par le Figaro Économie illustre la diversité des secteurs qui embauchent et des emplois proposés. Les transports, la banque, le conseil, l’audit, les technologies de l’information, l’industrie, les services à la personne, l’hôtellerie cherchent des talents.

Ces employeurs qui sont tous engagés dans de profondes transformations, recrutent aussi bien des diplômés d’école de commerce et d’ingénieurs que des techniciens, des apprentis que des personnes sans formation qui veulent apprendre un métier sur le tas. Mais certains auront du mal à trouver les talents. Malgré les initiatives prises par des entrepreneurs comme Xavier Niel, le fondateur du groupe Iliad qui a créé l’école 42 ouverte à des jeunes sans diplôme, ou le réseau Simplon, le numérique ne pourra pas embaucher tous les experts souhaités car la France n’a pas prévu l’avènement de cette révolution industrielle constate Godefroy de Bentzmann, président de l’organisation professionnelle Syntec Numérique. Ce secteur n’est pas le seul à souffrir. Le groupe Air France relance la formation de pilotes pour recruter les hommes et les femmes dont il a besoin. Car quand l’Etat fait défaut, c’est à l’entreprise de prendre le relais pour former les compétences qui permettent de créer des emplois.

Voir l’article en entier : cliquez ici