Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap

Newsletter septembre 2017: Vers une complémentarité entre les hommes et l’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle est la science dont le but est de faire faire par une machine des tâches que l’homme accomplit grâce à son intelligence” (Université Paris 5).

Ce terme a longtemps suscité de nombreux fantasmes chez l’homme. L’idée d’un futur où tout est automatisé et où les robots et les machines font partie de notre quotidien a toujours fasciné. Elle a également influencé de nombreux artistes, on ne compte plus les films de science-fiction basés autour de l’intelligence artificielle: Terminator, 2001 l’Odyssée de l’Espace, Blade Runner…

Mais à mesure que ce “fantasme” devient réalité, et que l’intelligence artificielle agit réellement (on la retrouve aujourd’hui partout: dans nos smartphones, nos voitures et même à l’intérieur même de nos maisons) elle crée également de nombreuses craintes. Les récents progrès dans ce domaine suscitent certaines interrogations: Les robots vont-ils bientôt être capables de réaliser tout ce que l’Homme fait ? L’intelligence artificielle va-t-elle radicalement changer notre société, jusqu’à conduire l’humanité à sa perte ?

Stephen Hawking: “Les humains seront-ils capables de garder le contrôle ?
Les machines intelligentes resteront-elles un atout pour l’humanité, ou poseront-elles des problèmes insurmontables ?”

Les principales préoccupations se retrouvent dans le monde du travail. Les nouvelles technologies ont déjà supprimé de nombreux emplois dans le secteur industriel au cours des 40 dernières années. Beaucoup craignent donc que le développement de l’intelligence artificielle ne soit à l’origine d’un chômage de masse.

Et selon Antoine Blondeau, cofondateur de Sentient Technologies, plateforme spécialisée dans l’intelligence artificielle, le monde tel qu’on le connaît va complètement changer dans les années à venir. Les robots vont commencer à remplacer les médecins, les journalistes, les comptables ou encore les vendeurs dans les magasins.

Cependant, s’il est vrai que le travail tel que nous le connaissons, va rapidement devenir obsolète, cela ne veut pas dire pour autant que le travail va disparaître. Il faut simplement envisager autrement carrière et éducation. Les études ne concerneront plus une unique période, avant 24-25 ans, mais continueront tout au long de notre vie, pour “accompagner l’évolution technologique”.

Selon un rapport du cabinet Deloitte, l’avenir de l’intelligence artificielle n’est pas dans la concurrence avec l’Homme, mais dans la complémentarité. Très optimiste, ce rapport souligne le fait que même si la machine est capable de rivaliser avec l’Homme dans des domaines très précis (on se souvient notamment de la défaite de Kasparov face à Deep Blue, en 1997) elle est incapable de faire face à une nouvelle situation qu’elle ne connaît pas.

L’avenir passera par une collaboration entre l’homme et la machine. La machine viendrait en aide dans la prise de décision de l’Homme, à l’image des compétitions de “Cyborg Chess” inventées par Kasparov, durant lesquelles les concurrents ont le droit d’être aidés par un ordinateur. Si certains métiers vont être supprimés, d’autres nécessiteront toujours l’intelligence humaine.

Grâce à l’intelligence artificielle, les hommes pourront même retrouver leur vraie place dans l’entreprise, et se concentrer sur les tâches à haute valeurs ajoutées, pour lesquelles l’expertise, le jugement et l’intuition sont indispensables.

Le temps gagné sera considérable. La machine aidera l’homme à prendre des décisions beaucoup plus rapidement.

Isahit est un parfait exemple de cette complémentarité qui se développe entre intelligence humaine et intelligence artificielle. Nos “hiteuses” interviennent en complément à la machine, lorsque l’intelligence humaine est nécessaire dans deux domaines:

pendant la phase d’apprentissage de la machine, le machine learning

lorsque la machine rencontre une situation jusque-là inconnue et que l’intelligence humaine est nécessaire pour réagir.

En effet, les  technologies autonomes basées sur l’intelligence artificielle sont faites pour analyser un grand nombre de datas et prendre des décisions en fonction de ce qu’indiquent leurs résultats. Quand elles rencontrent une situation qui est hors de leur champ d’intervention, elles ne peuvent plus fonctionner.

Il existe donc des tâches que les machines ne peuvent exécuter seules. Une trop grande dépendance en la machine peut amener à de graves erreurs, et la meilleur manière d’utiliser l’intelligence artificielle est donc de paire avec l’intelligence humaine.