Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap

Newsletter Juin 2017 : Comment fédérer une communauté ?

Qu’est-ce qu’une communauté ?

Marylène Delbourg-Delphis définit ainsi la notion de « tribu » : « un groupe de personnes connectées entre elles, connectées à un leader et connectées à une idée » (en préface de Tribus de Seth Godin). La communauté se caractérise à la fois par la qualité de ses connexions et par l’attachement à une personne et/ou une vision. Elle se compose de vos clients mais aussi de vos fournisseurs, de vos salariés et même de vos concurrents, s’ils poursuivent le même but et la même vision que vous. Cette vision peut être attachée à votre marque, à un produit en particulier ou au fondateur de celle-ci (pensez à votre iPhone).

Loic Le Meur, dans son article, parle également de la communauté comme une force indispensable à toute compagnie. Elle permet d’être au plus près des bénéficiaires et ainsi comprendre leur besoin afin d’y répondre de la manière la plus pertinente.
Un groupe de personnes n’est pas de facto une communauté, et cette transition d’un groupe vers une communauté est loin d’être évidente. Une communauté est un groupement d’individus partageant une ou plusieurs affinités et étant prêts à les revendiquer comme faisant partie intégrante de leur identité. Ainsi, une passion commune entre plusieurs personnes en fait un groupe, mais il faut savoir développer une identité pour que cela devienne une communauté, que chaque individu ait un sentiment d’appartenance et puisse se reconnaître dans chacun des autres membres.

Dans le cas d’une communauté digitale, comme un groupe Facebook, développer ce sentiment d’appartenance n’est pas aisé. Loic Le Meur nous explique qu’il faut tout faire pour stimuler les interactions entre individus. Des posts réguliers, la création de petits jeux, donner la parole à chacun en tagguant directement certains dans le post sont des éléments essentiels pour fédérer.
Il est également important de contacter directement quelques membres que l’on connaît personnellement afin de leur demander d’interagir sur le groupe, créer et répondre aux posts, afin d’encourager les autres membres à “briser la glace” et se lancer.

MakeSense et sa communauté

L’incubateur MakeSense est un lieu où la communauté est au coeur de l’innovation. Les holds up, exercice phare de MakeSense, permet à quiconque de venir soumettre ses problématiques à la communauté, sorte de brainstorming collaboratif.
Par exemple, une entrepreneuse qui a créé une “boîte aux 5 sens” ayant pour but d’améliorer le bien-être moral des patients hospitalisés est venue solliciter la communauté autour d’un hold up afin de définir un nom, un slogan et une identité pour son produit. Une quinzaine de “gangsters” se sont donc réunis dans la salle des défis pendant 2h afin de répondre à ses problématiques.
Ici, le lien unissant cette communauté est l’envie de faire bouger les choses, de montrer que le business peut avoir du sens. Chaque individu, entrepreneur ou bénévole a la profonde conviction que l’on peut entreprendre en respectant ses valeurs.

Les 25 000 bénévoles forment également une communauté, réunie par le goût d’aider et de partager. Présent sur tous les continents, le modèle MakeSense se réplique à l’infini. Partout où il y a des entrepreneurs, MakeSense a une communauté active prête à relever des défis, la seule condition étant qu’ils aient un impact bénéfique, environnemental ou social.

La communauté isahit

MakeSense a beaucoup inspiré isahit sur ce point, en plus de les avoir incubé dans leurs locaux. MakeSense a permis à isahit de mieux comprendre la force de la communauté, les bénéfices et surtout l’aide et le soutien que cela pouvait apporter dans un déploiement mondial. L’expérience de MakeSense a influencé positivement la mise en place de méthodologie sur la communauté de hiteuses, communauté encore modeste qui a une centaine de personnes à ce jour.

Isahit travaille à développer sa communauté de travailleurs. Les hiteuses étant sur des groupes de discussion Facebook ou ils s’entraident dans les difficultés.

L’importance de la communauté pour nous est primordiale, premièrement dans un but qualitatif ; quoi de mieux pour fournir des explications qu’une personne ayant traversé les mêmes difficultés ?

Chacun peut poser une question, répondre aux autres, aussi librement que possible. Cela a de nombreux avantages, créer des interactions entre nos travailleurs est forcément plus valorisant que des échanges à sens unique travailleurs isahit. Chacun est ainsi acteur du bon fonctionnement de la plateforme, si ce n’est responsable des avancées de cette dernière.

La dynamique créée permet d’augmenter la motivation, et donc la productivité.

Différents moyens sont mis en place afin de consolider cet état d’esprit : des posts réguliers, l’élection de la hiteuse du mois ou encore la réalisation de vidéos tutoriel amorçant bien souvent des débats en commentaire et faisant ressurgir des questions chez chacun. L’ambition d’isahit est de fédérer à 3/4 ans une communauté de plus de 10 000 personnes. Isahit vous tiendra informé des évolutions et vous partagera ses retours d’expériences.
Sources :
http:// https://medium.com/@loic/a-few-thoughts-and-tips-on-communities-b4d880b1e47f
http://www.usine-digitale.fr/editorial/demain-community-manager-sera-le-poste-le-mieux-paye-de-votre-entreprise.N321917