Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap

Newsletter Avril 2017 : Le management façon start-up

Start-up : Un mode de management innovant, fertile et convivial

Au delà du secteur dans lequel elles évoluent, l’âge ou la taille ou même le lieu, c’est la manière dont on travaille qui caractérise les start-up. Une organisation qui stimule l’innovation, fortifie l’esprit d’équipe et renforce l’agilité, ce qui permet d’avoir une exécution maximale.
Avec une hiérarchie plutôt plate, sa communication efficace, ses techniques de management innovantes et ses open spaces, le modèle de la startup fait rêver les entreprises classiques, qui y voient une méthode intéressante pour motiver, améliorer la collaboration des salariés et retrouver leur agilité d’avant permettant ainsi d’améliorer leur productivité.

Une convivialité soignée

Si vous dites:  start-up !  il y a fort à parier que l’on vous réponde :  Open space! Baby-foot et café gratuit !  Loin de considérer que ce sont des clichés, les start-up veillent à cultiver cette convivialité. Pour préserver cet esprit, mieux vaut recruter des personnes dont le tempérament est en adéquation avec le reste de l’équipe. Dans certaines start-up, les embauches nécessitent l’avis de toute l’équipe  : il faut donc entre 3 et 8 entretiens, individuels, en groupe, ou sous forme de déjeuner en équipe pour intégrer l’entreprise.

Un mouvement permanent

L’esprit start-up, c’est aussi un flux constant, une diversité de projets et des équipes passionnées.
Tenter des choses inédites, innover, pour toujours rester en éveil pour être pionnier dans son domaine. Autre signe de ce mouvement permanent, les décisions se prennent très vite et les erreurs font parties du processus d’apprentissage, le succès réside dans la capacité de chacun à apprendre de ses erreurs et à grandir avec celles-ci.

Des échanges constants

Les structures hiérarchiques des start-up sont souvent réduites à deux ou trois niveaux ce qui favorise la vitesse de diffusion des informations. Cependant cette organisation simple ne suffit pas, à elle seule, à garantir l’implication de tous les salariés. Au-dela d’une vingtaine de personnes, l’équipe à l’origine de l’aventure peut se dissoudre. Pour garder leur esprit de corps, les start-up qui grandissent ont leurs astuces, comme par exemple, avoir toutes les équipes, incluant les fondateurs au sein du même open-space. L’objectif est notamment de bien faire circuler l’information ainsi que de dégager un sentiment « d’empowerment » à toute l’équipe.

 

Une collaboration nécessaire !

Depuis quelques années, au travers d’incubateurs ou d’accélérateurs, les grandes entreprises tentent de multiplier les interactions et les collaborations avec les start-up.
Par le prisme de ces entrepreneurs et de ses intrapreneurs, les grands groupes semblent avoir trouvé un moyen de ne pas perdre pied côté innovation.

Historiquement, l’innovation était la chasse gardée des équipes de R&D. Mais face à l’ingéniosité et à la créativité des start-up, les nouveaux courants de pensée prônent des stratégies d’innovation ouvertes, essentiellement fondées sur la coopération entre les entreprises.

Pour preuve, la majorité des groupes du CAC 40 ont lancé leurs propres fonds d’investissement et incubateurs afin de financer des entreprises innovantes et ainsi éviter de se faire « uberiser ».

 

 

Le Happywashing, nouveau mode de management façon start-up

Ce concept consiste à favoriser le bien-être au travail grâce à un management adapté. Il en résulte de meilleures performances et donc une rentabilité accrue. Les managers sont donc formés afin de pouvoir favoriser le bien-être au travail et ainsi atteindre les objectifs de productivité attendus, le tout dans la bonne humeur.
L’objectif est que les salariés se sentent plus proches de l’entreprise et soient plus motivés, plus impliqués. Ce qui a pour effet de réduire considérablement le taux de démission et d’absentéisme.
De plus, intégrer ces actions de happywashing améliore la performance des salariés jusqu’a 30%.
Il a ailleurs été prouvé que la pression n’était pas synonyme de productivité et qu’elle pouvait parfois même être néfaste pour les performances de certains, ces derniers pouvant perdre tous leurs moyens face au stress. La pratique du happywashing est donc importante pour favoriser la communication en interne et la qualité de vie de tous.

 

 

Pour conclure, le management en mode start-up pour une entreprise traditionnelle revient à :

– Mettre en place un système hiérarchique horizontal,
– Favoriser la transversalité dans l’entreprise,
– Améliorer la collaboration,
– Pratiquer la communication ouverte et transparente,
– Installer l’intrapreneuriat dans ses équipes,
– Développer l’adaptation permanente,
– Travailler dans des conditions optimales (bureaux agréables, open-space, convivialité…),
– Favoriser la mobilité et le télétravail,
– Ne plus travailler en silo.

#GetDigitalWork
#GiveDigitalWork
#DigitalImpact