Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap

Interview : Isabelle Mashola présente isahit, 1ère plateforme de jobbing socialement responsable. A lire dans Les Echos !

L’app pour les femmes en Afrique

 

L’ancienne directrice des systèmes d’information de Publicis en Europe lance Isahit, une plate-forme de mini-jobs numériques. Elle promet un complément de revenu à des femmes africaines vivant sous le seuil de pauvreté.

Isabelle Mashola a abandonné les soirées très masculines des fournisseurs informatiques pour mettre le numérique au service des femmes en Afrique. Avec son mari, elle lance l’application Isahit, une plate-forme d’offres de mini-jobs adressées à des mères et sœurs de familles nombreuses pauvres du continent. L’ex-DSI de Publicis en Europe est maintenant bien loin des dégustations de vins ou du spectacle des grands prix automobiles qu’elle n’appréciait guère dans son ancienne vie.

Combattre la précarité

L’application sur mobile et tablette doit sortir de la misère « Jacky, Mame, Aita et, d’ici à trois ans, 10.000 autres femmes qui ont besoin d’un complément de revenu pour poursuivre leurs études ou agrandir leurs échoppes », explique Isabelle Mashola. D’après un rapport publié en 2015 par la Banque mondiale, rien qu’au sud du Sahara, 347 millions d’Africains vivent sous le seuil d’extrême pauvreté, avec 1,90 dollar pour vivre chaque jour. « Ce sont en majorité des femmes, le numérique peut les rendre économiquement indépendantes », souligne l’informaticienne devenue PDG de start-up. Isahit entend assurer à ses « hiteuses » et leur famille un complément de revenu de 20 dollars par jour.

Payées à la tâche, les travailleuses d’Isahit s’engagent à réaliser une série de petites besognes que des logiciels ne feraient pas assez bien automatiquement. Par exemple, modérer des commentaires sur Internet, standardiser la présentation de numéros de téléphone sur des fiches clients, ou décrire des images par des mots pour les indexer. Un groupe de formation ou des start-up font déjà confiance à Isahit sur ces missions. Mais Isabelle Mashola entend mettre à profit ses réseaux dans les grands groupes pour convaincre de plus gros clients. « Je suis en contact avec trois entreprises du CAC 40 qui ont des intérêts en Afrique », laisse-t-elle deviner.

Il faudra les convaincre qu’Isahit n’est pas une copie du décrié service Mechanical Turk signé Amazon . Comme Isahit, il fait la médiation entre un donneur d’ordre et un internaute qui réalise les Human Intelligence Tasks (HITs).

Prêt de smartphone

Mais les quelques centimes de rémunération proposés par l’Américain aux petites mains du numérique en font pour beaucoup une effrayante machine à précarité. Isahit insiste donc sur la mesure de son impact social. « Nous suivons le parcours de nos “hiteuses” et tenons à ce que l’argent gagné sur notre plate-forme vienne financer un projet ou une montée en compétence », assure Isabelle Mashola.


C’est pourquoi la manageuse n’a pour l’instant accepté que 33 « hiteuses » sur la plate-forme : pas question d’embarquer n’importe qui dans l’aventure. « Elles sont testées afin de savoir sur quelles tâches elles sont le plus à l’aise et leur proposer des missions en conséquence, nous ne voulons pas qu’elles travaillent toute la journée sur la plate-forme », explique-t-elle. L’ex-DSI recrute au Cameroun, au Burkina Faso, au Congo, au Sénégal et en Côté d’Ivoire, avant de viser l’Afrique anglophone. Isahit prête smartphone et tablette aux « hiteuses » qui ne sont pas équipées. Elles peuvent se connecter à Internet en s’installant dans des Fab Lab partenaires de la start-up.

Pour la néodirigeante, la cause des femmes n’est pas une nouveauté. Depuis sept ans, elle participe au fonds de dotation Volunteer qui soutient l’entrepreneuriat féminin. « L’idée d’Isahit est née au cours d’un séjour au Cameroun », raconte-t-elle. Pendant un an, la décision de quitter Publicis a mûri : « Mes valeurs de partage et de solidarité étaient un peu bousculées dans un grand groupe. » Libre de hiérarchie depuis juillet 2015, elle promeut la dignité par le travail. Pas la plus facile des tâches.

 

https://business.lesechos.fr/directions-numeriques/metier-et-carriere/parcours/0211837132955-l-app-pour-les-femmes-en-afrique-306846.php

https://drive.google.com/open?id=0B-WiDaVcWgNnWDN1R0lDUl9XQzQ