Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap Created with Snap

Newsletter Janvier 2017 : Les mutations du travail & des entreprises.

Micro-entreprise, temps partagé, groupement d’employeurs, jobbing, slasher… Vous avez sûrement déjà entendu parler de ces nouveaux modes de collaboration et de travail indépendant. Ils nous décrivent à quoi resemblera le monde du travail dans les prochaines années. Un monde où les travailleurs indépendants, de plus en plus nombreux, vont transformer et révolutionner totalement les relations de travail.

Capture d’écran 2017-01-10 à 10.40.03

D’après certains économistes :
Aujourdhui, 90% des actifs sont des salariés alors que leurs prévisions estiment ce nombre à presque 50% de la population active en 2050. Pour les plus sceptiques, il est tout de même indéniable que les possibilités technologiques, le contexte économique ainsi que les aspirations de la jeune génération tendent à faire évoluer les pratiques dans ce sens.

Quelques chiffres qui démontrent cette tendance :
– Europe : 16% des travailleurs sont des indépendants.
– Angleterre : 40% des emplois créés depuis 2010 sont des postes d’indépendants.
– France : entre 2006 et 2010, augmentation de 26% du nombre de travailleurs indépendants.

Mais alors quelles sont les raisons qui poussent les populations à faire le choix de l’indépendance? 

1- La digitalisation de la société :
En effet, les technologies facilitent de plus en plus la gestion de sa vie professionnelle, notament grâce à l’accroissement du nombre de plateforme de mise en relation entre les besoins et les compétences. On peut prendre pour exemples le géant Uber (1 million de chauffeurs à travers le monde), les plateformes de jobbing ou encore des plateformes de freelances, plus qualifiés.

2- Les générations « Y » et « Z » et leurs aspirations :
Baignant dans les réseaux sociaux, une partie de ceux qui en sont issus rechercherait avant tout l’autonomie, la flexibilité, la transparence et le travail en réseau, leur permettant également de préserver leur temps libre, d’où un attrait particulier pour l’entrepreneuriat. Un récent sondage OpinionWay, pour UAE-Fondation Le Roch Les Mousquetaires-Salon des Entrepreneurs, révèle que 55 % des 18-24 ans et 56 % des 25-34 ans ont ainsi des velléités de créer leur entreprise.

3- Une courbe du chômage irréductible :
Le contexte économique défavorable encourage ces personnes à créer leur propre job ne pouvant trouver un emploi salarié.

4- L’atomisation de l’entreprise :
Dans un contexte économique mouvant et incertain, le besoin de flexibilité incite les entreprises à reconfigurer sans cesse leur fonctionnement.
Le mouvement d’externalisation de tout ce qui n’est pas stratégique s’accélère.
L’hyperspécialisation de la main-d’oeuvre et l’accès immédiat aux meilleurs travailleurs indépendants du marché permettent aux entreprises d’innover, de devenir plus productives et plus flexibles. Et cela à moindre coût. C’est donc un facteur de compétitivité très important.

Capture d’écran 2017-01-10 à 10.39.54

Les GAFA (Google, Apple, Facebook, et Amazon), puis les NATU (Netflix, Airbnb, Tesla, et Uber) ont bâti des empires où l’expérience utilisateur est reine. Grâce à la technologie des plateformes, ils ont « ubérisé » des secteurs entiers de l’économie, et la plupart des entreprises de ces secteurs n’ont rien vu venir, trop concentrées, pour certaines, sur leur monopole et leur « Fordisme ».
Aujourd’hui si les entreprises veulent rester ou devenir compétitives elles se doivent d’évoluer, de s’adapter, de muter en plateforme. Les meilleurs exemples de cette économie des plateformes sont les géants américains qui ont su se détacher des règles existantes. Ces plateformes fédèrent une gigantesque communauté grâce à la puissance de leur expérience utilisateur, ce qui leur permet d’être très populaire. Ce nombre important d’utilisateurs leur permet de s’imposer, même si cela signifie passer outre les réglementations.Cependant même de petites ou très petites entreprises, issues de n’importe quel domaine d’acitvité peuvent se transformer et devenir une plateforme.
 Il va devenir de plus en plus nécessaire d’optimiser les interactions avec les fournisseurs, les clients, les salariés et les autres parties prenantes, en les automatisant pour accroître leur productivité et ce peu importe sa taille ou son domaine.« Toutes les entreprises ont vocation à devenir des plateformes » Gilles Babinet.